retour à la liste des ouvrages



Cet ouvrage est présenté dans le cadre de la " Radio du Livre " sur les sites web de Radio France

LA DEDICACE DE L'AUTEUR : Depuis l'enfance, la poésie m'accompagne, celle que je lis, celle que j'écris. Etudiante puis professeur de Lettres, animatrice en ateliers de lecture et d'écriture, j'ai prolongé cette intimité au cours de mon existence et j'ai découvert à quel point les poèmes aident à vivre, à exister plus fort, plus juste. Loin d'être un divertissement, une satisfaction mièvre ou une complaisance d'initié qui place l'esthétique avant tout, la poésie désarme par temps de violence ; elle entretient la révolte intérieure contre toute forme d'injustice et d'oppression. Ce n'est pas pour rien que dans les pays soumis à la tyrannie, les poètes sont jetés en prison. Tout est matière du poème : un matin d'hiver acide, un voyage en train surpeuplé, une lumière fugitive posée sur un visage ou un paysage, un temps de fête comme une descente aux enfers. Il n'y a pas de " petit " poème " seulement le mystère d'une rencontre à travers mots, d'une passerelle jetée entre humains. Venus de tous les temps et de tous les horizons, les poètes accourent, volent à notre secours. Dans La chair du poème j'ai tenté de partager ma ferveur pour la poésie. En elle, le goût des mots, de leur saveur unique et multiple, moire changeante. J'aimerais la rendre contagieuse. Epidémie de l'étonnement, de l'attention, de l'émerveillement. "J'écris pour dénoncer, protester, prêter voix aux muets méprisés. En quête ardente et soutenue du mot juste. J'écris contre le chaos, l'informe et le confus ; signature dérisoire au bas du texte, du fragment tissé dans la trame. Contre l'absence, le dérisoire et l'amnésie, je creuse et j'édifie, je capture, je captive ; j'enregistre, je transcris et je célèbre." (Colette Nys-Mazure)